une école à Magoanine

 

 

 

 

 

...Magoanine, un lieu d'espoir.

A la suite des inondations de février 2000, qui furent particulièrement sévères dans la banlieue de Maputo et de Matola, la municipalité a mis à disposition des personnes déplacées des périmètres de réinstallation. L'extension périurbaine de Magoanine, située à la périphérie de Maputo, est ainsi destinée à accueillir des milliers de familles. Au départ couvert de tentes, ce lotissement change d'aspect : les tentes font place aux cases, progressivement remplacées par des maisons, soit en caniço - le jonc qui sert à construire les habitations traditionnelles - soit en "dur".

C'est dans ce cadre que intervient l'AMDU, ong expérimentée dans le travail urbain collectif et la réhabilitation de l'habitat, qui décida de participer à la réinstallation des familles dans le nouveau Magoanine. l'AMDU a fait appel à Oxfam solidarité et à l'institut Val Flores du Portugal pour financer ce projet.

Le programme comporte diverses composantes, non seulement l'aspect technique de la reconstruction des maisons, mais aussi un aspect social et communautaire : tout ce qui se fait requiert la participation active de la population stimulée par des progrès constants dans le logement et l'infrastructure collectives.

Dans le cadre du financement de Oxfam-solidarité, 150 maisons périrubaines unifamiliales, une école gardienne, un centre collectrif de ressources, dont un atelier équipé, et des points d'eau collectifs sont construits ou en cours de réalisation.

le chantier

au moment où nous visitions les lieux, les chantiers étaient déjà fort avancés. On trouvait des maisons du type "traditionnel amélioré", maisons en jonc, plus grandes et plus solides que les maisons traditionnelles habituelles, et bien adaptées au climat, pourvue de toits en tôles et au sol cimenté. Des maisons en dur étaient construites selon une technique permettant l'autoconstruction. Ces maisons sont modulaires, c'est à dire qu'elle peuvent être agrandies par adjonction d'autres modules, de terrasses ou d'un appentis. De même, plusieurs citernes et points d'eau étaient déjà aménagé.

L'essentiel des maisons étaient en cours d'autoconstruction, à partir d'éléments préinstallés : fondations, infrastructure métallique, base cimentée, toiture en tôle selon un plan simple. Les maçons sont des personnes de la communauté, formées et encadrées par une équipe de quatre personnes, ils peuvent actuellement former d'autres habitants à la maçonnerie.

Les terrains aux alentours sont cultivés : on y trouve des légumineuses, du manioc, des arbres fruitiers, les manguiers sont nombreux. Une activité économique importante fut la fabrication de fours à inertie qui permet d'économiser le bois de chauffage et le charbon. Plus de 70 femmes ont participé à cette entreprise et quarantes familles utilisent ces fours. L'élevage de canards et de volaille, ainsi que la production de pains font partie aussi de l'économie domestique.

 

 
 
 

 

 

crédits photos 2001 - cop. P. Deramaix

accueil